Mon ami, il n'était pas rouge, il était Chapitre CCI Ce qu'avait deviné Raoul 25 Page 31 Le Vicomte de Bragelonne, Tome IV. violet. J'ignorais encore ce qui s'était passé. Seulement, à terre, sur le parquet, je voyais une épée brisée en deux morceaux. Capitaine d'Artagnan ! s'écria le roi en m'apercevant. Sire, répondis-je. Je quitte M. sacs longchamp voyage de La Fère, qui est un insolent ! Un insolent , m'écriai-je avec un tel accent, que le roi s'arrêta court. Capitaine d'Artagnan, reprit le roi les dents serrées, vous allez m'écouter et m'obéir. C'est mon devoir, Sire. J'ai voulu épargner à ce gentilhomme, pour lequel je garde quelques bons souvenirs, l'affront de ne pas le faire arrêter chez moi. Ah ! ah ! dis-je tranquillement. Mais, continua-t-il, vous allez prendre un carrosse Je fis un mouvement. S'il vous répugne de l'arrêter vous-même, continua le roi, envoyez-moi mon capitaine des gardes. sac longchamps pas chere Sire, répliquai-je, il n'est pas besoin du capitaine des gardes puisque je suis de service. Je ne voudrais pas vous déplaire, dit le roi avec bonté ; car vous m'avez toujours bien servi, monsieur d'Artagnan. Vous ne me déplaisez pas, Sire, répondis-je. Je suis de service, voilà tout. Mais, dit le roi avec étonnement, il me semble que le comte est votre ami , Il serait mon père, Sire, que je n'en serais pas moins de service. Le roi me regarda ; il vit mon visage impassible et parut satisfait. Vous arrêterez donc M. sac longchamps taille s pas cher le comte de La Fère , demanda-t-il. Sans doute, Sire, si vous m'en donnez l'ordre. Eh bien ! l'ordre, je vous le donne. Je m'inclinai. Où est le comte, Sire , Vous le chercherez. Et je l'arrêterai en quelque lieu qu'il soit, alors , Oui cependant, tâchez qu'il soit chez lui. S'il retournait dans ses terres, sortez de Paris et prenez-le sur la route.